Les grandes histoires ne finissent jamais.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'été est là, pour le meilleur et surtout le pire ! Fuyez les chaleurs de Mathar et réfugiez vous dans les grands froids avant de finir fondus !
L'heure tourne, Armadon place ses cartes, la roue du Temps se met en route ; ces terres font un bond dans leur destin, et E'drid est toujours là pour les regarder.
E'drid se demande qui de l'oeuf ou du dragon est apparu le premier. E'drid ne le sait pas.
Quand ils s'approchent de Sancyria, les êtres "maléfiques" ou appartenant à des races considérées comme tel sont pris d'étourdissement, de vertiges et d'un effroyable besoin de fuite à l'instant même où ils entrent dans le halo de lumière.
Quand La Puissance se Déchaîne ! Aujourd'hui, nous discuterons avec un petit tas de cendres à propos des risques encourus lorsqu'on attaque un Mage avec un gourdin.
Si vous voulez un bon repas, cherchez un aubergiste. Trempez-le tout de même toute une nuit dans le lait avant, cela évacuera la crasse.
E'drid sait qu'il existe beaucoup de divinités. Des grandes, des petites, des écailleuses. E'drid se demande pourquoi on en parle pas plus.
Moi j'ai un rêve.
Il a un rêve.

Partagez | 
 

 Une boucherie ! [pv Nefara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre de la Guilde des Mages

Messages : 10
Date d'inscription : 04/04/2018

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Une boucherie ! [pv Nefara]   Ven 27 Avr - 15:52


Sabrar n'avait jamais été très heureux avec la robe de mage qui était pourtant l'uniforme officiel de la Guilde des Mages. En effet, même si celle ci était le symbole d'un ordre parfois craint, moqué ou respecté, l'elfe noir préférait le cuir, la fourrure et les pantalons qui, selon lui, était bien plus seyant - pour ne pas dire séduisant - sur la gente masculine. Et donc sur lui. Il trouvait que la robe lui donnait un air plus fragile et mystérieux, quand à Saabir il lui fit une énième remarque :

- De dos, on pourrait se tromper, ahah.

- Tss.

Son daemon aimait l'enquiquiner de temps à autre, mais les deux s'entendaient généralement bien. Le miroir de sa chambre à Solitude lui renvoya le reflet de ce qu'il était : un elfe de l'Ouest en tenu de mage dans un lieu encombré d'objets de toute sorte, des coffres importants jusqu'aux petites billes. Malgré qu'il se soit reprit en main depuis toutes ses années, il lui arrivait encore de se laisser aller, de ne pas ranger sa chambre par désintérêt et de sauter des repas, comptant sur son daemon pour lui rappeler s'il en sautait de trop. A ce propos il commençait à avoir faim, n'ayant rien mangé depuis la veille. Elwë y trouverait surement à y redire mais Elwë n'était hélas plus là, ce qui pinçait encore parfois le coeur de Sabrar. Il soupira.

- En même temps, quelle idée d'appeler une ville Solitude. Autant l'appeler Désespoir tant que l'architecte y était.

- Tu radotes.

En effet, le mage l'avait déjà dit plusieurs fois mais retourner dans cette ville était encore légèrement difficile pour lui, et malgré le nombre d'habitants il s'y sentait seul. Certaines de ses connaissances humaines d'antan étaient morts, d'autres non-humains avaient déménagés depuis, du coup, ce n'était pas bien joyeux pour lui. Après un regard morose vers l'extérieur qui promettait un début d'après midi ensoleillé bien que légèrement frais, Sabrar se décida à sortir, mue par son estomac. Il avait envie de viande. Une bonne viande bien saignante, un repas de fête pour se remettre sur les rails. Quelques fruits pour grignoter, surtout des fruits secs moins périssables, et il espérait trouver quelques champignons sur le marché qui lui rappellerait un peu son enfance. Il en doutait.

S'éloignant quelque peu de l'image du mage charismatique, Sabrar entreprit de faire ses courses avec un sac à dos en cuir enchanté pour être allégé, son serpent autour du cou, Saabir ayant décidé de se la couler douce. Son nez se fronça légèrement quand il remarqua le monde sur le marché, ainsi que les odeurs, l'elfe noir n'aimait pas spécialement la foule, néanmoins il ne dévia pas de son but. Les gens s'écartait parfois de lui quand ils remarquaient sa robe ou son teint - voir les deux -, il vit quelques enfants le montrer du doigt, leur mère inquiète grondant leurs progénitures pour s'être montrés peu discret, mais globalement ça se passa plutôt bien, certains habitués du marché et des commerçants l'avaient déjà vu plusieurs fois. De toute façon, qui se risquerait à provoquer un mage en pleine foule ?

Sabrar trouva des fruits secs en bocal, mais ne trouva malheureusement pas de champignons comme ce n'était plus la saison. Ensuite il se rendit à l'échoppe de viande fraîche. Le boucher lui était redevable depuis qu'il avait enchanter son étale en bois d'un sort de froid, permettant à la viande d'être conditionné de manière plus optimal. Ainsi, sa viande étant de meilleur qualité, le nombre de ses clients avaient augmentés. Aussi celui ci ne rechigna pas à l'accueillir d'un :

- Bonjour !

- Bonjour. Je regarde ce qu'il vous reste.

- Faites, faites. Il reste pas grand chose, dès ce matin, les clients ont pas arrêter d'affluer ! J'vais devoir refaire des provisions !


En effet, dans l'échoppe, le stock de viande était quasiment vide, ce qui déçu un peu Sabrar qui ne savait de fait quoi prendre. Il était donc en pleine réflexion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse

Messages : 105
Date d'inscription : 23/02/2015

avatar

Ouvrir
MessageSujet: #009966 - cornflowerblue   Sam 12 Mai - 18:39

Une boucherie ! Nefara se traçait un chemin dans la foule d'habitués du marché, mais il fallait avouer que c'était plus le physique de son daemon et l'odeur de sang qui la suivait qui étaient les plus efficaces pour écarter la mer rouge de monde.

Elle n'avait pas commis l'erreur de la dernière fois, à savoir ramener une viande plus "exotique" que la plupart des gens ne mangeaient pas. Dans l'idée, Nefara ne comprenait pas vraiment d'où émanait le problème, n'étant elle-même pas très difficile quant à la source de la viande qu'elle dévorait ; mais les affaires étaient les affaires, et pour être payé il fallait s'adapter... Aussi avait-elle dégoté dans la forêt un simple mais goûteux chevreuil... Qui en parlant de goûteux, gouttait doucement sur le sol pavé du marché en petites perles écarlates.

Leur pas de chat ne s'était pas égaré et voici qu'elles arrivaient désormais en vue de l'étal de cet homme à la fois marchand, boucher, et client. Eh bien, voici enfin qu'elles le trouvait ! Elles l'avaient cherchées dans sa boutique en ville, ne l'y avaient pas trouvé, et avait foncées sur le marché pour se débarrasser du fardeau qu'elles se trimba... Que la valméra et daemonne transportait sur son dos avec une amabilité sans pareil. Désormais, l'adolescente et celle qui l'avait élevée se tenaient devant la boutique et le marchant, fixant ce dernier. Nefara souriait : la perspective de pouvoir gagner de l'argent l'enchantait particulièrement, aujourd'hui. Il était des choses qu'elle voulait acheter à défaut de voler comme autrefois elle l'avait fait, et ce marchand à l'étal vide était la clef de tout son plan.

- Bien le bonjour monsieur !

D'une voix forte et enjouée, peut-être un peu trop d'ailleurs, Nefara venait de prendre la parole. Imala, derrière elle, se tenait immobile et silencieuse.

- Nyu nous sommes rendues dans votre boutique mais vous étiez déjà purrti ! Je sais que la dernière fois la viande que nyu vous avions amené ne convenait patte alors j'ai bien fais attention aujourd'hui.

Étonnamment, il semblait que l'ours n'était pas un met de choix dans les marchés de Solitude...

- Un chevreuil fraîchement tué de ce miatin, il me semble que cela vous correspondra plus...

L'adolescente croisa les bras sur sa poitrine, sa queue ondulant doucement derrière elle. Il était quelque chose que sa mère avait remarquée et qui lui avait encore échappé... Quelque chose comme...

Nefara se figea brusquement, des cornes au bout de sa queue, écarquillant même des yeux. Elle venait de se rendre compte de la personne qui se trouvait devant l'étal, de reconnaître ce genre de robe qu'elle rêvait d'un jour porter et cela depuis qu'elle était toute petite enfant. Il y avait... Il y avait un mage devant le boucher, et c'était soudainement devenu la chose la plus importante de la journée. Qu'importe qu'il fut de dos ou de face, qu'il eu la peau grise et les cheveux blancs - qui était-elle pour jugée, elle dont la race restait encore inconnue ?

Il y avait un mage devant elle, et Nefara venait de perdre absolument tout ses moyens devant un représentant de ses idoles. Elle qui n'était pas du genre à tempérer ses ardeurs ne su plus vraiment ce qu'elle était sensée dire ou faire. Elle était sensée faire bonne figure, un peu, peut-être, non ?!

- Je... Euh...

Nefara ne parvint même pas à se rappeler si le boucher lui avait répondu ou non.

<< Nefara, Nefara, calme toi veux-tu ? >>
<< Il y a un mage, Miaman, UN MIAGE ! >>
<< Je sais, justement. Calme toi ! >>


Mais le dialogue mentale des deux individus n'eut apparemment aucun effet sur la jeune femme.
© 2981 12289 0

[[ Voici ! Pardonne mon retard ! ]]

_________________
N E F A R A.
purrrrrrrrr...











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la Guilde des Mages

Messages : 10
Date d'inscription : 04/04/2018

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Une boucherie ! [pv Nefara]   Jeu 30 Aoû - 18:20


Sabrar soupira, hésitant entre un beau morceau de steak et une côte de porc. Peut être pourrait-il prendre les deux ? Ses finances le lui permettaient. Sans se presser, il soupesa l’affaire. Quand on avait son âge et sa longévité, on commençait à prendre son temps sans se douter que cela risquait d’importuné les autres en face. Heureusement le boucher n’avait pas grand-chose d’autre à faire que d’attendre. Soudain, il entendit un :

- Bien le bonjour monsieur !

Comme cela ne semblait pas lui être adressé, plutôt au boucher, l’elfe de l’Ouest ne se retourna pas ni ne se donna la peine de répondre, contrairement au commerçant qui répondit, entre bonne humeur et étonnement de la revoir :

- Salut petite !


- Nyu nous sommes rendues dans votre boutique mais vous étiez déjà purrti ! Je sais que la dernière fois la viande que nyu vous avions amené ne convenait patte alors j'ai bien fais attention aujourd'hui.

Sabrar se demanda quelque peu le motif de tant d’agitation. Et l’étrange langage parlé.

- Un chevreuil fraîchement tué de ce miatin, il me semble que cela vous correspondra plus...

Saabir se redressa un peu, le serpent regarda dans la direction de la nouvelle venue et eut pour tout commentaire mental : « Quel accent agaçant. ». Bien loin de capter leur conversation intérieure, le boucher alla donc vérifier la marchandise. Il est vrai que du chevreuil ferait le bonheur de certains clients une fois préparé correctement. Une fois avoir fait le tour de l’animal mort, il déclara :

- Soit, je t’l’achètes, petite, beau travail petite !

Mais visiblement ce n’était plus le sujet qui intéressait son interlocutrice. Saabir envoya un message à Sabrar : « on te regarde. ». Sabrar se sentait en effet observé avec insistance. Enfin il avait l’habitude alors il se retourna calmement dans un froissement de robe de mage… Et se retrouva nez à nez avec une espèce inconnue – alors que pourtant il avait croisé pas mal de personne – et le daemon correspondant. L’être semblait être assez jeune, de sexe féminin, avec des cornes comme les démons, une queue comme les démons, mais une jovialité trop innocente pour être une démone. L’intérêt qu’elle lui portait n’étant pas agressif, il déclara calmement :

- Bonjour. Vous semblez bien curieuse, et je dois moi-même avouer n’avoir jamais croisé votre race. Vous n’êtes pas une démone, je me trompe ?

Le boucher semblait quand à lui soudain de trop dans la discussion et croisa les bras, n’ayant pas eu de réponse. Sabrar le prit néanmoins en pitié et s’adressa à lui :

- Je prendrais le steak et la côte de porc s’il vous plait.

Histoire de lui donner une occupation et avancer le mouvement. Il informa ensuite la jeune fille :

- Le boucher a dit qu’il voulait bien vous faire une offre pour votre proie. Vous devriez négocier avant qu’il ne se ravise vous savez.

Sabrar pensait que l’étonnement de la demoiselle s’estomperait, et n’avait pas conscience des rêves de magie de son interlocutrice.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Ouvrir
MessageSujet: Re: Une boucherie ! [pv Nefara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une boucherie ! [pv Nefara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Diaspora à la boucherie ou les professionels haitiens à l'exil?
» La Boucherie du coin !
» Radiographie d'Haiti
» Un mars quand ça repart [-Minos-]
» J'aurai ton œil, Senger... | T'riss'Lara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sakushi World :: RPG : Le Royaume de Solitude :: Solitude :: Échoppes-
Sauter vers: